Une histoire, ça se guérit


Chère Danielle, j’ai fini de lire ton dernier ouvrage. Voici mes commentaires.

Tu as parlé des cycles de la vie dans un chapitre de Une histoire, ça se guérit; il semble bien que toi, tu sois rendue à celui de la transmission, du partage de ton expérience, du savoir accumulé au fil de tes nombreuses années de pratique. Tu le fais généreusement et sans filtre.

Ton écriture est fluide, tes propos sont exprimés clairement. À coup de petites touches, tu dessines une fresque composée des récits de vie de ceux qui sont passés dans ta vie : de ceux qui t’ont consultée, d’amis, de collègues, de patients internés. Tu as également inclus des éléments de ta propre vie dans ce tableau au risque de te mettre ainsi en état de vulnérabilité. C’est paradoxalement une démonstration de force dont tu fais preuve, car on sent bien que de la sorte, tu assumes ta vie.

Les anecdotes que tu racontes, les histoires de cas esquissées finement servent de support à la démonstration de telle ou telle théorie, croyance, conviction. Jamais tu n’es dans le jugement des personnes qui t’ont confié leurs souffrances. Tu accueilles leurs paroles avec compassion, empathie, créativité, toujours avec une grande ouverture d’esprit. Là où tu te permets des prises de position critiques, c’est envers les institutions et aux diktats desquelles tu refuses de te soumettre, tout en invitant le lecteur à remettre en question certaines des idées reçues.

À la fin de chaque chapitre, tu termines par une conclusion généralement porteuse d’espoir; en tournant la page cependant, on se rend compte que celle-ci sert de lien, de pont avec le thème suivant. Astucieux!

Tu ouvres la porte sur des sujets qui peuvent paraître à certains quelque peu ésotériques, ou à tout le moins énigmatiques, mystérieux, porteurs de questionnements. À nous lecteurs d’entrer ou pas dans la pièce où tu nous invites; tu nous incites à y jeter un œil, tu titilles notre curiosité…

Je retiendrai de ce livre, ta grande générosité, ta bienveillance, ta compassion, ton ouverture d’esprit, ton besoin d’aller toujours plus loin, ton désir prégnant d’aider, de soigner.

Une phrase pourrait résumer ta démarche et elle vient de toi. Je te cite donc :
« Aucune parole plaquée, formatée, apprise; bien au contraire, il faut écouter chaque patient avec son cœur, se laisser surprendre pour entrer sans jugement dans l’autel sacré de l’esprit ou de l’âme de cette personne » (p.267)

Je t’ai écoutée et entendue. Bravo!
Louise P.

Vraiment exceptionnel je le recommande à tous👍

Danielle Perrault oh yessss je ne fais que le commencer et j’ai toujours hâte au prochain chapitre. J’aime le fait que tu apportes ton expérience personnelle et que tu expliques le côté psychologique du comportement. 👍🥰 Diane G.Conseillère en orientation

Danielle…..j’ai fini. Que dire à part que…c’est excellent?
Je te découvre autrement. Je ne pensais jamais…..plein de choses! Tu as du courage, vraiment. Il faut du courage pour se dévoiler comme tu l’as fait. Tu t’es mise à nue. Tu es convaincue et convaincante. Je l’étais pas mal déjà, il faut dire.

Je ne connaissais pas ton histoire, ou si peu. Tu m’as surprise. Tu es quelqu’un d’exceptionnel Danielle. Tu es vraiment professionnelle parce qu’il y a plein de toi qui n’a jamais transparu dans nos rencontre. Bien sûr que la personne que tu es a teinté ta pratique mais tout en restant professionnelle malgré tes convictions profondes.

J’ai vraiment apprécié, aimé ce livre. Surtout les chapitres Les phrases boucliers et Naître et mourir 😉 Tu as fait tout un travail. Je suis impressionnée. ❤️

Effectivement, je me disais même que ça pourrait devenir un ouvrage de référence!

Un livre de référence pour une nouvelle façon de voir l’intervention en santé mentale en y intégrant une toute nouvelle dimension. Une nouvelle vieille dimension qui a toujours été présente mais méconnue, inexplorée jusqu’à maintenant ou presque. Tu es une pionnière et malheureusement on sait que les pionnières ne sont pas toujours bien perçues, au début à tout le moins. Ça va ouvrir des esprits j’en suis convaincue. Sophie T. Infirmière

« Une histoire, ça se guérit »
C’est un livre de psychologie qui raconte des histoires de cas, fruit de l’expérience, s’étendant sur des décennies, de l’autrice. C’est le principe de la mine d’or creusée patiemment d’où le précieux métal est extrait pépite par pépite, chaque histoire est donc courte, originale, réelle avec une conclusion basée sur la pensée ouverte de Danielle.
C’est devenu mon livre de chevet et nous avons entrepris ma compagne et moi de lire à voix haute une histoire à la fois, chaque soir, avant que nous livrer à la ravageuse passion de nos autres lectures du moment. Nous sommes des lecteurs fanatiques. Je vous donnerai donc, d’autres nouvelles de ‘Une histoire, ça se guérit!’, quand nous aurons un peu fait le tour du jardin… Nicolas B.

Ton livre..des mots puissants, des mots vrai, sentis, wow! une bombe peut être pour la science traditionnelle mais une douceur, du gâteau si rassurant nous simple mortel de ce qu’on vit pour vrai chaque jour, tu dis haut et fort la vrai vie. C’est un livre qui fait du bien. Ce qui rassure aussi est dans le fait que je me dis que si une psychologue l’a vécu ça veut dire que si je le vis, je suis pas folle 🙂 j adore
Merci à toi d avoir écrit ce livre, il me fait du bien, je fais partie d’un tout avec la planète
ouiii tu as beaucoup de courage mais cette force que tu portes et que tu montres au grand jour m’aide et aidera beaucoup de gens à être rassurés de qui ils sont de leur vérité,

Tu parles de choses vraies et solides et ça me fait du bien, ça va loin mais ce loin, c’est la vrai vie, notre vie la vie des clients que je vois depuis des années aussi. Nous nous reconnaissons dans tes mots

Ce livre aidera tellement de gens, comme si le monde entier était dans ton bureau, c’est un partage excessivement généreux de ton savoir et vécu. Pour toi c est un saut dans le vide mais nous qui lisons ce livre seront ton parachute. Chantal T. Massothérapeute

Chère Danielle, j’ai fini de lire ton dernier ouvrage. Voici mes commentaires.
 
Tu as parlé des cycles de la vie dans un chapitre de Une histoire, ça se guérit;  il semble bien que toi, tu sois rendue à celui de la transmission, du partage de ton expérience, du savoir accumulé au fil de tes nombreuses années de pratique. Tu le fais généreusement et sans filtre.
 
Ton écriture est fluide, tes propos sont exprimés clairement. À coup de petites touches, tu dessines une fresque composée des récits de vie de ceux qui sont passés dans ta vie : de ceux qui t’ont consultée, d’amis, de collègues, de patients internés. Tu as également inclus des éléments de ta propre vie dans ce tableau au risque de te mettre ainsi en état de vulnérabilité. C’est paradoxalement une démonstration de force dont tu fais preuve, car on sent bien que de la sorte, tu assumes ta vie.
 
Les anecdotes que tu racontes, les histoires de cas esquissées finement servent de support à la démonstration de telle ou telle théorie, croyance, conviction. Jamais tu n’es dans le jugement des personnes qui t’ont confié leurs souffrances. Tu accueilles leurs paroles avec compassion, empathie, créativité, toujours avec une grande ouverture d’esprit. Là où tu te permets des prises de position critiques, c’est envers les institutions et aux diktats desquelles tu refuses de te soumettre, tout en invitant le lecteur à remettre en question certaines des idées reçues.
 
À la fin de chaque chapitre, tu termines par une conclusion généralement porteuse d’espoir; en tournant la page cependant, on se rend compte que celle-ci sert de lien, de pont avec le thème suivant. Astucieux!
 
Tu ouvres la porte sur des sujets qui peuvent paraître à certains quelque peu ésotériques, ou à tout le moins énigmatiques, mystérieux, porteurs de questionnements. À nous lecteurs d’entrer ou pas dans la pièce où tu nous invites; tu nous incites à y jeter un œil, tu titilles notre curiosité…
 
Je retiendrai de ce livre, ta grande générosité, ta bienveillance, ta compassion, ton ouverture d’esprit, ton besoin d’aller toujours plus loin, ton désir prégnant d’aider, de soigner.
 
Une phrase pourrait résumer ta démarche et elle vient de toi. Je te cite donc :
« Aucune parole plaquée, formatée, apprise; bien au contraire, il faut écouter chaque patient avec son cœur, se laisser surprendre pour entrer sans jugement dans l’autel sacré de l’esprit ou de l’âme de cette personne » (p.267)
 
Je t’ai écoutée et entendue,
Bravo ma petite sœur pas si petite que ça…
Louise

Très beaux les passages sur St-Jean-de-Dieu..
Bravo d’avoir capté toutes ces fécondes – et parfois douloureuses- histoires.
Bravo! Je souhaite à ce bébé de cheminer dans le cœur de bien des lecteurs…
Jonathan T.

Je veux te remercier d’avoir écrit « Une histoire ça se guérit » Chaque histoire m’a apportée une réflexion , un cheminement . J’ai fait lire à ma fille un passage elle s’est mise à pleurer , elle était touchée! Merci merci et encore merci pour ton talent , ton écoute , ta façon de partager . Je retiens beaucoup de ce livre, beaucoup ça aura définitivement un impact dans ma vie . 🙏 Anne-Marie G.éducatrice

Juste te dire que je viens de finir de lire ton livre que j’ai beaucoup aimé. Ça a été long car je l’ai savouré comme on fait avec un dessert qu’on aime, je l’ai mangé à la petite cuillère pour faire durer le plaisir. Chaque soir avant de me coucher j’en prenais une petite bouchée et j’avais l’impression d’être avec toi. J’ai bien hâte de lire ton prochain bouquin. Gilles P., facteur d’instrument.

Passionnant! Ça m’interpelle beaucoup.Suis une lectrice lente 🐌 mais attentive!
Ça se lit tout seul. Impressionnant à quel point tu as bien synthétisé chacune de tes petites histoires. Aucun doute du travail qu’il y a derrière ça. Genevieve P. Psychologue



facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Responsive Menu Clicked Image